La langue La langue La langue La langue La langue

Annette Horn, photographie

Publié le 04.05.2020

 

Lorsque nous planifions une nouvelle exposition et que nous réfléchissons aux artistes auxquelles nous voulons nous adresser, le nom d'Annette Horn est prononcé. Elle est « banquable » pour nous, nous aimons son style et sa créativité.

En tant que photographe, elle est extrêmement flexible - chaque fois elle écoute les réflexions qui se cachent derrière le titre de travail d'une nouvelle exposition. Puis elle y réfléchit pendant quelques semaines. Le résultat est toujours une proposition surprenante.

Pour notre exposition « Années Gagnées », par exemple, elle a invité dans son studio des femmes ayant dépassé leur jeunesse et leur a demandé de se déplacer et de danser sur leur musique préférée - aussi nues qu'elles osaient l'être. Les photos, avec un long diaphragme ouvert, ressemblaient à des aquarelles doucement peintes, rêveuses et belles.

Lors de l'exposition « La ville et sa part de féminité » dans la rue de Fürth elle a demandé aux femmes d'ouvrir leurs sacs à main pour elle, la photographe. C'était très amusant pour tous les visiteurs de l'exposition de deviner quel portrait appartient à quel sac à main.

Annette Horn est venue de Grande-Bretagne à Nuremberg et elle réussit toujours à convaincre les femmes de la région de participer. Nous sommes bien curieuses pour cette année!

Au fait, son portrait à elle a été réalisé par son mari, le photographe Willy Weihreter.

Texte © Gudrun Cyprian, Frauen in der Einen Welt
Photos © A. Horn und Willy Weihreter

Webseite von Annette Horn (site web)