La langue La langue La langue La langue La langue

Gudrun Cyprian s'entretient avec Elisabeth Bala II

Publié le 20/07/2020

Une figure féminine qui s’ouvre contre une figure voilée en elle-même.

2 motifs de l'exposition « Voir et être vu », 2004, les peintures à l'huile de cette exposition ont été la base de la série « La découverte de l'ego » avec 10 photomontages (2004 - 2012)

et la série « Ich Du Es – selbdritt » avec 10 photos numériques (2012 - 2019), E. Bala.

Chère Elisabeth,
quand tu travailles pour notre association et notre musée, graphiquement ou pour une contribution artistique, dans chaque exposition tu l’as à faire avec le thème « femmes » - après tout, notre musée s'appelle "Museum Frauenkultur Regional-International".

Aimes-tu-vous vraiment ce focus ?

 

Chère Gudrun,
quand j'y pense, j’ observe que dans le cadre d'un thème d'exposition, il y a en fait deux formes très différentes d'utilisation de ma créativité.

Dans mes premières années d'artiste, j'ai été invitée à participer à une exposition intitulée « Femmes Fortes ». Le titre ne faisait pas référence au contenu des œuvres exposées, c'est-à-dire qu'il ne montrait pas d'images de « fortes femmes « . L'exposition était un spectacle avec uniquement des femmes artistes, une « rébellion » contre la scène artistique jusqu'alors dominée par les hommes. Ces schémas de pensée ont quelque peu changé jusqu'à aujourd'hui.

À cette époque, les institutions culturelles, les musées, les salles d'exposition, etc., ont également pris conscience du fait qu'ils avaient eux-mêmes poussé les femmes dans l'ombre de l'histoire, des sciences et de la culture sociale.
La fondation prochaine de l'association « Femmes dans un Seul Monde » avec sa revendication interculturelle et spécifique aux femmes est également apparue sur cette orbite.

Mon implication dans ce domaine a commencé par la conception graphique d'affiches, de publications, de conceptions d'expositions. Je suis toujours, à ce jour, convaincue de l'orientation de l'association et du musée. Elle comprend et symbolise à la fois « pas à pas » la mise en évidence du développement historique, culturel et social qui va de pair avec la reconnaissance des réalisations féminines.
Je n'aime pas juger à quel point mes œuvres libres sont « spécifiques aux femmes ».

En 2004, dans l'exposition d'art « Sehen & gesehen werden » (Voir et être vu), Mara Loytved-Hardegg et moi nous avons travaillé selon un concept préconçu, en termes d'adhésion à des thèmes relevants pour les femmes.
Fait intéressant, j'ai commencé en 2004 à continuer à retravailler numériquement des photomontages de manière cyclique jusqu'à aujourd'hui (2020). « Ich Du Es – selbdritt. Stationen einer Selbstfindung – Stationen einer Bildfindung,  » 2019, dans l'exposition « Rück Blick Nach Vorne 1989 2019 2030.  » La série de 10 tirages numériques a été sélectionnée à l'époque sous le titre de travail original « Ce qui est individuel et ce qui est collectif". ». Le chapitre du livre est actuellement le suivant : « Trouver le soi - dans l'ici et dans le lointain ».

 

30 ans en affiches. Exposition et histoire de l'action de « Femmes dans un Seul Monde » e.V. et du Museum Frauenkultur Regional-International, conception de l'affiche Bala-Selzer.
« Rück Blick Nach Vorne 1989 2019 2030.  », exposition 2019.

 

 

Texte © Gudrun Cyprian, Frauen in der Einen Welt, eine der Kuratorinnen der Ausstellung
Texte et Photos © Elisabeth Bala, Frauen in der Einen Welt

Site web de Lisl Bala, graphiste et artiste indépendante (site web)
voir aussi l'autre blog  "Meine Beine lernen – Gehen"