La langue La langue La langue La langue La langue

Gudrun Cyprian interviewt Elisabeth Bala III

Publié le 03/08/2020

„Das Bild“, Stoffe bestickt, E. Bala
Ausstellung „Schicksalsfäden - Geschichten in Stoff von Gewalt, Hoffen und Überleben“,
Museum Frauenkultur Regional-International, 2009

 

Chère Elisabeth.
Tu es autrichienne et tu vis avec ton mari alternativement à Nuremberg et en Autriche. Pour notre musée qui est explicitement régional et international, tu es un atout particulier avec ta biographie. Mais que signifie cette appartenance à deux mondes spatiaux et sociaux différents et le changement entre eux pour toi et ton travail ?
On vient de rouvrir les frontières fermées à cause de Corona et tu peux passer d'un endroit à l'autre comme d'habitude.

 

Chère Gudrun,
L’Autriche est mon terrain de retraite. Ici, j'ai mon pied d’appui et mon bon pied.

Ici, je n'ai rien à déplacer - sauf moi-même. Et en dehors du fait qu’il y a ici mon studio, j'ai beaucoup de temps, ne serait-ce qu'en raison de la distance géographique, pour réfléchir, penser et comparer. La mesure dans laquelle le va-et-vient, même au sein de mes dualités culturelles, m'a façonné, et la mesure dans laquelle une partie de tout ça se répercute dans la vie de l'association et du musée, est une chose que mes collègues peuvent peut-être mieux évaluer que moi. Quelle est, à mon avis, la différence entre les deux cultures germanophones ?

Dans les villes d'Autriche et à la campagne, je fais souvent des rencontres très spontanées et très personnelles avec les « coïncidences », les choses oubliées et disparues ..., et avec les particularités que les paysages très différents d'une région à l'autre et leurs lieux entre tradition et modernité m’ont à offrir.

Mon travail artistique le plus "autrichien" (féministe) est probablement "selbdritt" (à trois), qui est basé sur le motif religieux commun dans les églises catholiques du pays, une trinité de grand-mère, mère et enfant. Pour moi, la série est devenue une chaîne de pensées qui traite l'identité et les multiples facettes d'une seule personne féminine et utilise des moyens picturaux pour rechercher à nouveau la représentation picturale la plus appropriée. La multiplicité réside déjà dans les couches invisibles de l’unique peinture à l'huile souvent surpeinte.

 

Exposition: «  Rück Blick Nach Vorne »(rétrospective ver le devant)
1989 2019 2030“, 2019

 

Femmes dans un Seul Monde
e.V./ Musée des femmes Je l'ai représenté quatre fois en Autriche avec l'exposition "Kopftuchkulturen", dont je suis co-initiatrice : Frauenmuseum Hittisau, Vorarlberg (2006), Kulturverein Mölkerstiege, 1010 Vienne (2007), Stadtmuseum Kapfenberg, Styrie (2009), Stadtmuseum Hartberg, Styrie (2010).

Le lieu de l'exposition à Vienne, la voûte de la cave du Mölkerstiege (Mölkerbastei), qui est également une étape du circuit du « 3ième homme » à Vienne, reste inoubliable pour moi. Pendant le montage, nous avons rapidement fait de la place pour les participants à cette visite et avons drapé les foulards au son du "Thème Harry Lime" joué en direct sur la cithare.

L'un des plus beaux musées que je connaisse est le MAK (Musée des Arts Appliqués) au Stubenring, 1010 Vienne. J'ai obtenu mon premier diplôme dans le complexe de bâtiments voisin. La collection du musée est consacrée aux hautes cultures nationales et mondiales des différents domaines du design. Avec les expositions participatives du MAK Future Lab, le musée répond aux questions actuelles brûlantes qui sont directement liées à la vie quotidienne et esquisse des thèmes de pensée et d'action sociale. Peut-être que mon premier rapprochement vers Frauen in der Einen Welt e.V. était déjà dans l'air à ce moment-là (inconsciemment).

MAK - à l'exemple actuel de Corona - et à la réunion de Vienne (pdf extern - www.mak.at)

« Sous la devise Apprendre de Corona (Lernen von Corona), le MAK FUTURE LAB invite à une participation ouverte et individuelle dans un nouveau cadre d'exposition au MAK Forum ».
 

 

Texte © Gudrun Cyprian, Frauen in der Einen Welt, eine der Kuratorinnen der Ausstellung
Texte et Photos © Elisabeth Bala, Frauen in der Einen Welt

Site web de Lisl Bala, graphiste et artiste indépendante (site web)
voir aussi l'autre blog  "Meine Beine lernen – Gehen"